Gascogne Caribéen et Pirates de pacotille

Si vous regardez le golfe de Gascogne dans un miroir vous aurez une bonne idée du golfe Belize-Guatemala-Honduras. Pour rallier le Costa Rica depuis Belize nous n’avions d’autre choix que de l’emprunter.

Tout comme le Golfe de Gascogne vous y trouverez toutes les conditions que l’on peut détester en bateau: houle courte, croisée et cassante. Des vents irréguliers et tournants. À cela, il faut ajouter les spécificités locales: des fonds qui passent de 3000m à 20m en l’espace quelques mètres entraînant localement des vagues impressionnantes, des grains qui font passer les vents de « pétole » à plus de 50nds, etc…

Histoire de compliquer la chose nous avons parcouru les 400mn de ce golfe face au vent, à la houle et aux courants…

 

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Et là c’est calme…

 

Et, comme si tout cela ne suffisait pas, les Fakareveurs l’ont fait sans pilote automatique, donc avec quelqu’un à la barre h24 pendant 2 semaines !!! Point de « bravitude » ou d’esprit « Kho-lantesque » en nous, simplement le bateau qui a eu la bonne idée de perdre la configuration du pilote automatique, rendant ce dernier inutilisable.

En bref, 2 semaines à se faire brasser dans une lessiveuse en gagnant tant bien que mal du terrain vers l’Est (notre trace parle pour nous…).

Ce petit périple a permis de tester sur la durée à la fois l’équipage et le bateau dans de vraies conditions de haute mer difficiles.

Pour passer le temps, un bon pain fait maison

En ce qui concerne l’équipage, tout s’est bien passé. Celui-ci est bien amariné. Impressionnant de voir que les enfants qui n’étaient pas capables de lire ou de jouer sur leurs DS en voiture pendant plus de deux virages avant d’entrer sur le périphérique, sont capables maintenant d’enchaîner 2 semaines de bateau qui bastonne sans broncher. Au passage, l’argument « Maman je ne peux pas faire mon CNED, il y a trop de houle » à volé en éclat. Figurez-vous que malgré 50 noeuds de vent apparent, les enfants ont continué de jouer sur leurs écrans dans le carré!

 

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
Le CNED vaille que vaille

 

Pour le bateau, nous avons pu noter quelques faiblesses qui devront être prises en main lors de notre prochaine escale technique:

– les soudures des supports des panneaux solaires qui n’ont pas supporté les nombreux chocs de la coque sur l’eau.

– Quelques petits problèmes d’étanchéité des hublots (en partie réparés pendant la navigation).

– Notre antenne wifi qui s’est pris en pleine poire le drapeau du Belize suite à la casse de son taquet d’attache.

– Notre perche IOR (qu’on envoie lorsqu’une personne tombe à l’eau) a décidée de quitter le navire sans nous prévenir.

– Le panneau de commande du groupe électrogène qui ne voulait plus fonctionner après avoir pris l’eau.

– La casquette avant du bateau qui s’est arrachée sur 20 cm2 précisément au dessus d’un hublot à l’étanchéité faiblarde.

En bref, rien de bien grave, seulement quelques désagréments. L’essentiel est que nous sommes rassurés sur les capacités et la sûreté du bateau qui s’est très bien comporté dans ces très mauvaises conditions météo.

L’autre particularité de notre golfe de Gascogne d’Amérique centrale, est qu’il est bordé par le Honduras où les pêcheurs ont la fâcheuse tendance depuis quelques années à dépouiller les plaisanciers qui s’aventureraient trop proche de leurs côtes. Ils s’invitent sur les bateaux et telle une bonne femme de ménage le nettoient pendant 2 heures, allant même jusqu’à voler les pots de beurre de cacahuètes!!! Rassurez-vous vous, sur Fakarever, il n’y a pas ce type de chose, nous sommes fidèles au bon miel d’abeilles. Donc, comme si le trajet n’était pas suffisamment long, nous avons dû contourner – à plus de 150 miles (270 km) des côtes – tout le Honduras. Arrivés au large (50 miles) de la zone des dernières attaques, nous guettions cependant le radar et changions de direction dès qu’un bateau s’approchait à moins de 5 miles de nous.

Fort de toute cette prudence, nous serrions les f… mais nous restions relativement sereins bien au large des côtes. Nous laissons donc nos coéquipiers pour la traversée – Jolane et Philémon – prendre la barre et vaquons à nos occupations, quand, soudain, Jolane vient nous dire qu’un bateau passe un peu près de nous. Sortant la tête, nous voyons une sorte de bateau de pêche croiser notre sillon à moins de 200m de notre bateau. Se retournant vers le barreur, on lui demande d’où sort ce bateau et il nous dit un peu confus que ça faisait un moment qu’il l’avait vu et pensait que nous l’avions vu aussi. Rrrr !!!! Dire que tout l’après midi nous faisions la chasse sur le radar à des bateaux encore non visibles à l’œil nu !!!!! Bon c’est le seul petit couach de nos coéquipiers de traversée qui nous ont par ailleurs rendu de précieux services. C’est d’ailleurs grâce à Jolane et Philémon que nous avons pu barrer h24, gérer les multiples pannes et casses du bateau et continuer d’assurer le Cned. Ils nous ont même aidé pour le Cned de Miss Malice – c’est vous dire leur patience !! Un énorme merci à eux!

Nos équipiers de choc

Le bateau de pêche se cale dans notre sillon puis se positionne sur notre bâbord en faisant route parallèle. Pour les Fakareveurs, pas de doute, ils ne sont pas venus nous vendre du poisson et leur attitude ne laisse prévoir rien de bon. Heureusement, le vent souffle à environ 20nds et à près de 8nds, Fakarever ne tarde pas à les distancer. Nous faisons mine de rien, allumons nos feux de navigation et faisons route Sud-Est, tout en sachant qu’à la nuit tombée nous éteindrons nos feux et ferons route au Sud au cas où ils auraient des complices un peu plus loin. C’est l’heure de l’apéro, nous montons tous sur le roof-top pour prendre un ti-punch. Le Captain, pas peu fier d’avoir pu larguer ces pirates de pacotille, leur jette un dernier regard, puis par acquis de conscience s’assure que la route avant est claire… Aie !!! un autre bateau nous coupe la route à environ 5 miles. Le Capitain descend immédiatement voir radar et constate que ce n’est pas 1 mais 3 bateaux qui nous attendent un peu plus loin. Ça se complique. Branle-bas de combat, on fait Demi-Tour et on se met à la cape (immobilisation à la voile) pour se caler à mi-distance des deux bateaux et réfléchir à la démarche à suivre.

 

img_0111
Fakarever coincé entre les deux bateaux

 

Il est environ 21heures et la lune ne se couche pas avant 1h40 du matin. La nuit noire nous rendant invisible nous serions plus serein pour faire une partie de cache-cache avec nos amis les pêcheurs, ça fait long à attendre dans cette position inconfortable. Le bateau du Nord (le 1er) s’est immobilisé, le bateau du Sud fait route à l’Est. Nous décidons de mettre les gaz Nord-Est pour sortir de cette souricière. Après 10mn, on se rend compte que le 2ème bateau file toujours plein Est, nous ouvrant un passage au Sud. Nous stoppons les moteurs et décidons de faire route au Sud tout doucement, attendant que la porte Sud soit grande ouverte. Il fait faim !!! Le chili-con-carne attend depuis plus de 2 heures, il est temps de le déguster. Décidément, ce soir là rien ne va… le cumin acheté au Mexique s’avère être du cajun (quelle bonne idée d’avoir collé le prix sur le nom du produit). Même si le plat est bon, il n’a rien à voir avec la recette traditionnelle Courcouronnaise… Bref, le bateau Sud qui faisait route à l’Est remonte maintenant plein Nord, il est maintenant temps de lâcher les chevaux et repartir plein gaz à plus de 8,5nds par la porte grande ouverte. Dans le feu de l’action, nous avions oublié notre propre ruse qui était de leur faire croire que nous avions pris une route Sud-Est et c’est cette route Sud-Est que le 2ème bateau s’exténue à nous barrer. La lune s’est couchée, il fait maintenant nuit noire et nous passons invisible (tous feux éteints) et en silence à la barbe d’une dizaine de bateaux de pêche (sans doute des vrais ceux-là).

Nécessitant des eaux calmes pour enfin pouvoir recalibrer notre pilote automatique, le Captain décide le lendemain de passer proche et sous le vent de l’île de Providencia. Cette île Colombienne, au large du Nicaragua, a pour réputation d’être une base arrière des Narco-trafiquants, mais pas de piraterie recensée (peut-être que les personnes ne sont plus là pour témoigner) et des plaisanciers y faisaient jusqu’à présent des haltes après avoir vaincu notre golfe de Gascogne d’Amérique Centrale.

Notre objectif était simplement de faire nos réglages sous le vent de l’île et repartir plein Sud pour le Costa Rica. Le faire à 21h30 n’était pas gênant car nous ne nous attarderions pas. Tant bien que mal, le Captain et Fakamoea recalibrent le pilote, la voile est hissée et Fakarever redémarre pour une nouvelle nuit de navigation. La lune est à Demi-pleine et le ciel est clair quand tout à coup un spot surgit derrière le bateau à une cinquantaine de mettre. Mince Fakarever a peut-être coupé le chemin d’un bateau sans s’en rendre compte. Prêt à nous excuser nous jetons un regard derrière le bateau et voyons surgir 3 molosses sur un bateau rapide tous feux éteints. La rage nous prend, après 2 semaines de navigations exténuantes, avoir échappé aux pêcheurs-pirates, nous n’allions pas nous faire attaquer par des narco-trafiquants !!! Fakamoea crit fonce, le Captain allume les moteurs et avec les voiles nous tentons de fuir à plus de 9nds. On empanne, ils nous suivent passent devant, derrière, nous crient des mots qu’on ne comprend pas et qu’on ne veut pas comprendre. Après 10mn, voyant que nous sommes pas très coopératifs, ils lachent l’affaire et nous laissent partir. Nous faisons 2/3 empannages et continuons au moteur plein vent arrière afin qu’ils ne retrouvent pas notre piste au cas où attendraient des complices.

La lune s’est couchée, il fait maintenant nuit noire et s’est tous feux éteints que nous continuons au plus vite notre parcours vers le Costa Rica.

Vrai ou faux pêcheurs, vrai ou faux Narco-trafiquant, nous ne regrettons pas d’avoir pris à deux reprises la fuite car sans miel, la suite de notre aventure aurait été beaucoup plus salée…

Notre arrivée au Costa Rica fut magique, entourés par une quinzaine de dauphins jouant dans nos étraves. Tout l’équipage à l’avant, de vrais gamins!! … et nos esquives déjà un lointain souvenir…

30 commentaires

  1. Bien que pas rassuré à la lecture de cet épisode, le fait de pouvoir le lire me chuchotait une fin heureuse…mais quelle aventure, et bravo pour votre lucidité !!

    J'aime

    1. Merci Tassin! Ce fut moins une moins une mais un excellent test! Vivement les eaux calmes de Polynésie 😉 Bises à la famille et à très vite. Ravie que tu nous suives en tout cas!!

      J'aime

  2. En vous suivant on se doutait de quelque chose. On n’est pas déçu!!mais rassuré quand à. . vôtre capacité à surmonter les difficultés Bravo à tout l’équipage. Reposez. vous bien et continuez à nous envoyer de belles photos. Amitiés à vos compagnons de route.
    Gros bisous
    Henri

    J'aime

    1. Merci Henri, c’est gentil. On profite bien du Costa Rica maintenant. Ça fait du bien… En tout cas, c’était un très bon test pour le Pacifique! On est apte! Gros bisous à tous les deux

      J'aime

  3. On rigole, on a peur, on attend la suite avec impatience suspendu à vos mots et à vos phrases : bref vos récits sont dignes d’un roman à suspens cad que l’on a hâte de connaître la fin et en même temps déçu d’y être déjà arrivé!!!!!
    Ravie de voir que vos jeunes coéquipiers ont pu traverser avec vous ces moments héroïques : souvenirs à écrire…et plus on est nombreux plus on a d’idées!!!!!!!!
    Vous arrêtez vous longtemps au Costa Rica ? comment vous envoyer des petites choses qui vous feraient plaisir….
    Gros bisous de nous 3 et des Pépins (une étape à mon retour de l’ile Maurice)
    Edith vous demande de regarder vos mails….
    A la revoilure……Jocelyne

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton adorable message! J’espère que tu as bien profité de l’île Maurice. On va partir pour Panama en début de semaine. On va voir pour des livraisons. Merci en tout cas de le proposer, c’est très sympa. À très vite et on répond à Edith des qu’on sait justement pour les livraisons. Gros bisous

      J'aime

  4. Quelles aventures ! C’est plus palpitant qu’un film ! Prudence tout de même. J’espère que vous êtes définitivement sortis de cette zone de tous les dangers. Bises à tous. Laurence

    J'aime

    1. Merci Laurence! Oui c’est bon, depuis deux jours nous sommes au Costa Rica où nous reprenons des forces bercés par une douce brise. Ça fait du bien! J’espère que les vacances se sont bien passées pour vous. N’hésite pas à me donner des nouvelles. À très vite! Bises

      J'aime

  5. Quelle lecture captivante et quel talent d écrivain! A chaque fois, on s y croit un peu plus!
    En tout cas, merci beaucoup pour ces récits et photos. Un bisou pour Heloise que je vois très studieuse .
    Bonne route !

    J'aime

    1. Merci pour votre gentil mot! C’est vraiment adorable. Le bisou est transmis à Héloïse qui est ravie! Elle vous fait un très gros bisous en retour. A bientôt

      J'aime

  6. Merci pour les «bonnes nouvelles «  en suivant votre trace et vos zig zag sur la toile nous pensions que tout n’ allait pour le mieux surtout après avoir lu le reçit de 6gones .Enfin vous voilà à bon port…..Reposez vous bien . Réparez les avaries et haut les cœurs pour la suite. Bises à tous les quatre non tous les six puisque vous avez un renfort qui vous a bien aidé .Papy GUY .

    J'aime

    1. Merci beaucoup papa pour ton petit mot bien sympa! Tout va bien, nous nous remettons tranquillement au soleil du Costa Rica. Ca fait du bien… En tout cas, plus que jamais, nous sommes prêts pour le Pacifique!! Gros gros bisous à tous les 2 et à Cam si elle est avec vous. A très vite

      J'aime

  7. (Re) Caramba ! Bravo pour cette magnifique esquive dans les eaux caraïbes, une manoeuvre digne de l’amiral Nelson… Et que d’émotions pour les moussaillons, qui doivent trouver les cours du CNED bien fades à côté de ces aventures… Bon, on aperçoit le Cocos’Bar près de la plage, pourquoi pas y faire une petite pause… Gros bisous…

    J'aime

    1. Merci beaucoup!! …nous suivons vos conseils… au bar de la pointe de Cahuita 😉… c’est bon d’être au calme, au soleil et avec juste une brise rafraîchissante! J’espère que vos allez bien. Gros bisous ainsi qu’à Laurent et sa famille

      J'aime

  8. Purée quel récit haletant ! Je sais ps ce qui fait le plus flipper entre les conditions météos et les pirates .. bravo à tous pour le courage et la capacité de réaction ..

    J'aime

    1. Merci!! C’est vrai que c’était moins une… ça fait partie du voyage, certes, mais si les éléments et les “externalités” peuvent se calmer, on prend!! Ravie que tu nous suives. A bientôt

      J'aime

  9. Quel récit palpitant! Digne des meilleurs romans d aventures si ce n’est que la les héros en herbe… on les connaît. Chapeau les Patry! Maitrise, sang froid et humour.
    Et comme dans les feuilletons littéraires du 19eme, NouS attendons la suite de vos aventures « sucrées salées » ac impatience.
    Muxus

    J'aime

    1. Merci ma gnagna!! Le Captain a un sang-froid à toute épreuve! Patiné de mon côté stressé, le cocktail fonctionne! Bien contents d’être au Costa Rica…des bisous

      J'aime

  10. Oulaa! Quel suspense!! Et quel beau recit! Au fil de ma lecture, tout le monde etait « suspendu »…
    Ouf! Tout est bien qui finit bien… Apres toutes ces aventures, vous pourrez envisager d ecrire un bouquin! Profitez d’un peu de calme au Costa Rica… en attendant vos prochaines belles photos, bises a tous!
    Soyez prudents et gardez votre zen attitude!

    J'aime

  11. Formidable de lire le commentaire d’AngelGeek, pas comme Mousse bien sûr….mais comme passager ! très bien !
    Il fallait que le Captain et la Seconde-en-chef fasse leur preuve. Ton tour viendra dans des eaux plus calmes.
    Est-ce qu’avec le CNED , papa et maman respectent les vacances scolaires?…je vais me faire gronder….
    admire le ballet des dauphins ils sont chargés de faire de gros bisous à Miss Malice et un gros calin pour toi.
    Bises à tous le quatre.

    J'aime

  12. Quelle aventure! Reposez-vous bien au Costa Rica, il paraît que le pays est très accueillant. Gros bisous à Heloise et Raphaël de la part de Nastia et Vadim.

    J'aime

  13. Merci pour ces palpitantes aventures que je suis avec délices et bravo pour tes talents de narrateur. Une nouvelle vocation?Et quand j’en ai marre du froid, de la neige et de la grisaille, je me passe en boucle tes superbes photos de soleil et mer bleue. Heureuse que l’équipage soit sain et sauf, j’attends avec impatience la suite du feuilleton. Bises – Flo

    J'aime

  14. Bonjour Héloïse,
    C’était une sacrée aventure ! ça fait un peu peur.
    Heureusement que les bandits ne vous ont rien volé…
    Nous avons préféré la photo avec les dauphins !
    Nous, on travaille trop (selon Charlotte…) ! Mais on a fait le carnaval de la Mi-Carême.
    La maîtresse était déguisée en pirate ! Et nous avons mangé des crêpes avec beaucoup de Nutella ou au sucre. C’était trop bon !
    A bientôt
    La classe de CE2 B

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s